Les lauréats, au fil des ans...

2008 : « Sur les traces de la Shoah, Sur les traces du IIIème Reich »

Lycée Auguste Renoir à Cagnes sur Mer (06)
Elèves de Terminale L
Madame Nicole ABECASSIS, Monsieur Bernard RUQUET

Parce qu’ils souhaitaient prolonger les connaissances factuelles relatives à la Shoah de leurs élèves par des réflexions, ces professeurs de philosophie ont organisé deux voyages : un en Pologne, l’autre en Allemagne. L’objectif du voyage en Pologne et de la visite du camp d’Auschwitz est d’amener les élèves à s’interroger sur la problématique du crime contre l’humanité, en confrontant leurs savoirs aux lieux et aux vestiges. Le voyage en Allemagne et la visite de Berlin sont l’occasion de réfléchir au devoir de mémoire en mettant en perspective la ville nouvelle et son passé, par le biais, entre autres, de l’Art. A partir des « traces » découvertes lors des deux voyages, il s’agit d’amener les élèves à élaborer un travail de questionnement, au sein du cours de philosophie, autour d’une liste de questions / thèmes à traiter seul ou à deux, donnant lieu à une dissertation réunies dans deux recueils.

2008 : « Comment vivre ensemble, Voyage de Mémoire en Pologne »

Les enfants de la Maison d’Enfants OPEJ, à Saint Ouen l’Aumôme (95)
Monsieur Gad ELBAZ

Créées pour sauver des enfants Juifs dont les parents ont été déportés ou ont disparu, les Maisons d’Enfants de l’OPEJ accueillent aujourd’hui des enfants et adolescents de culture et d’origine différentes, placés par décision de justice. Les éducateurs, dans le cadre d’un projet « Vivre ensemble » emmènent 25 d’entre eux à la recherche de la mémoire institutionnelle. Commence alors un travail de recherche dans les archives de l’association et du Mémorial de la Shoah afin de retrouver la trace des parents disparus, travail complété par de nombreuses rencontres avec les « Anciens de l’OPEJ », des témoins, des associations d’enfants placés. Le voyage de 5 jours en Pologne qui s’impose après ces activités est considéré comme une étape et non comme une fin en soi. Il sera l’occasion d’une cérémonie de lecture de noms au camp d’Auschwitz et de la réalisation d’un film documentaire.


2007 : « Léa et Elisabeth, étoiles oubliées »

Ecole Léa et Elisabeth Schnitzler à Montescot (66)
Elèves des classes primaires
Madame Catherine HOUDY

Projet conduit à la suite d’une demande de Serge Klarsfeld et des FFDJF concernant deux petites filles scolarisées à l’école élémentaire de Montescot et déportées en 1943. N’ayant pas d’archives, l’enseignante propose à ses élèves de retracer l’histoire de Léa et Elisabeth Schnitzler, et par là même, elle aborde l’Histoire de la Shoah. Enrichie de témoignages, de lectures et de visites, cette véritable enquête aboutira à donner à l’école de Montescot le nom de Léa et d’Elisabeth et donnera lieu aux à de nombreuses réalisations et activités, menées sur 5 années scolaires.


2006 : « Sur les traces des Déportés du Convoi 73 »

Collège Pierre Brossolette à Villeneuve St-Georges (94)
Elèves de 3ème
Monsieur Michel LAFFITTE, Madame Céline ROSZCZKA
Avec l’Association Familles et Amis des Déportés du convoi 73, représentée par Madame Louise COHEN

Une quinzaine d’élèves de troisième d’un collège de ZEP ont accompagné les membres de l’Association lors de leur voyage commémoratif annuel effectué en Lituanie sur les lieux de déportation et d’internement (le Fort 9 de Kaunas) des 600 Juifs français du convoi 73 du 15 mai 1944. Le Fort 9 à Kaunas a été reconverti en Musée - le plus important du pays - et comprend une « Salle des Français » aménagée par l’Association. A leur retour, les élèves ont réalisé une exposition de leurs travaux (présentée au collège et en mairie), visité Drancy et produit un DVD qui récapitule l’ensemble du projet.

2006 : « En mémoire des victimes de la Shoah, parmi elles 19 Clamartois »

Collège Alain-Fournier à Clamart (92)
Elèves de 3ème
Madame ADOUE, Madame Christine LEGOIS, Monsieur Hervé HAWIA

Pour ce projet pluridisciplinaire - Histoire, Français et Arts Plastiques – les élèves ont participé à un voyage à Auschwitz. A leur retour, ils se lancent dans un important travail de recherche documentaire autour de l’histoire et du destin de 19 Clamartois (issus de 9 familles) dont ils ont retrouvé la trace au Mémorial de la Shoah et dont aucun n’est revenu : consultation des archives Nationales, Départementales, références nombreuses aux livres de Serge Klarsfeld, témoignage des familles des 19 déportés qui ont mis de nombreux documents à la disposition des élèves. Ils réalisent ensuite une exposition qui présente à la fois des textes, des photos, des travaux d’Arts Plastiques et l’itinéraire des familles clamartoises.


2005 : « Comme Toi »

Projet sur l’antisémitisme pendant la 2nde guerre mondiale et la connaissance de la culture juive
Ecole Primaire de La Canardière à Strasbourg (59)
Classe de CM1 / CM2
Madame Emmanuelle LECOINDRE-KIM

Dans cette classe située en ZEP, l’enseignante aidée d’un professeur de musique et d’Astrid Ruff, chanteuse Yiddish, s’est attachée à faire découvrir aux élèves une culture que les nazis ont voulu supprimer, au travers du chant, des contes yiddish et de témoignages. Elle a tenu également à reconstituer des parcours individuels, tout en ébauchant l’étude de l’Histoire de la Shoah. Les élèves ont participé à un spectacle musical au cours duquel se mêlent lectures de textes courts qui retracent un destin (par ex : Anne Franck, la grand-mère d’Astrid…) et chants (chansons en yiddish, Comme toi de J.J Goldman, Nuit et Brouillard de J. Ferrat, Chant des Marais…) interprétés a cappella par les enfants.

2005 : « Mémoire en Héritage »

Lycée Professionnel Alain Savary à Arras (62)
Elèves de la Filière Bio-Services
Monsieur Alain PETIT, Madame Monique DELVINCOURT

Avec l'aide d'une comédienne et d'un metteur en scène, les élèves se livrent à l’écriture, la mise en scène et l’interprétation d'une pièce de théâtre. La pièce, dans un décor minimaliste, retrace à la fois le destin des enfants d'Izieu et l'Histoire de la Shoah. Autour de la symbolique de la poupée - fragilité, enfance… - sont évoqués les différents moments clés de la guerre et de l'histoire de l'extermination des Juifs d'Europe. Outre le texte écrit par les élèves, sont lus des textes et lettres des enfants d'Izieu.


2004 : « Enseignement et Transmission de la Shoah »

Collège Claude CHAPPE, à Paris (75)
Elèves de 3ème
Madame DEJEAN

Ce projet pédagogique mené dans le cadre de la cérémonie de pose de plaque dans l’école, n’aurait pu avoir lieu sans la rencontre avec Ida Grynspan, ancienne élève de l’école (primaire à l’époque), et la lecture de son témoignage écrit avec le concours de Bertrand Poirot-Delpech : J’ai pas pleuré , paru aux Editions Robert Laffont en 2002. Sont menées diverses actions pédagogiques qui abordent la Shoah sur le plan historique et le thème central de la Mémoire et de sa Transmission, représentée par les petites filles déportées, anciennes élèves. Les élèves réalisent également un véritable ouvrage destiné à la Transmission de la Mémoire : ils procèdent à la rédaction d’un livret adapté du livre-témoignage d’Ida Grynspan et en font la lecture et l’analyse, à des élèves d’école primaire.

2004 : « Avoir 15 ans à Aushwitz »

Institution St Joseph à TASSIN la DEMI LUNE (69)
Elèves de 3ème
Monsieur Philippe Dufay

Les élèves se penchent sur le destin des enfants Juifs déportés en écrivant un texte de fiction mettant en scène l’histoire de deux enfants Juifs (un petit garçon français, une petite fille allemande) : leur vie d’enfant, leur rencontre et leur destin des années 30 à 1945. L’Histoire de la Shoah ainsi que les événements historiques majeurs sont abordée à travers leur parcours. Deux destins individuels et exemplaires sont ainsi mis en perspective avec l’Histoire avec un grand H. Le texte est accompagné d’un diaporama réalisé par les élèves dont les 90 diapos s’intercalent dans le récit et l’illustrent.


2003 : « Une école, tragique lieu de mémoire »

L’atelier d’Histoire du Collège MICHELET, à Tours (37)
Elèves de 4ème et 3ème
Monsieur Jean-Pierre LECOMPTE, Madame Françoise Moreau

Depuis 1997, l’ « Atelier d’Histoire du Collège MICHELET » s’est donné pour mission de rassembler le maximum de documentation concernant l’histoire de l’établissement de 1875 à ce jour. A la suite de la visite d’un ancien résistant, les élèves apprennent que leur école a été entre 1941 et 1944 une prison, un camp d’internement allemand dans lequel ont été enfermés résistants, Juifs, personnes en fuite, étrangers … Ce lieu fut pour beaucoup d’entre eux une étape avant Drancy et les camps d’extermination. Les élèves se lancent dans un travail de mémoire du lieu et sont amenés à entreprendre de nombreuses démarches auprès des Services des Archives. Ils rédigent un livret historique comprenant des témoignages, des reconstitutions de destins individuels, des photos…, et participent à la pose d’un panneau mémoire dans le collège. Une exposition relatant le « destin » de l’école, qui pendant un temps fut non plus un lieu de vie, mais un lieu de mort, est également élaborée.


2002 : « Souviens-toi… »

Ecole Elémentaire Saint Sébastien, à Paris (75)
Elèves de CM1
Monsieur Nicolas Fédélich

Quand des membres de l’A.M.E.J.D (Association à la Mémoire des Enfants Juifs Disparus du 11ème), consultent les registres de l’établissement, en vue de la pose d’une plaque commémorative, la curiosité des enfants est éveillée. Ils posent des questions et veulent connaître l’histoire de ces enfants portés sur le registre comme : « disparu », « parti en province », « père déporté »… Pour leur fournir les réponses appropriées et amener les enfants à découvrir une page de l’histoire de l’humanité, les enseignants invitent des témoins de l’Association et accompagnent les enfants dans une recherche historique. La dimension de l’horreur est cependant évitée. A l’issue des témoignages les enfants assisteront à la cérémonie de la pose de plaque et interpréteront avec d’autres la chanson « Les écoliers à l’étoile ». Pour qu’il perdure, ce projet a fait l’objet d’une mise en ligne sur Internet.

2002 : « De Saint Maur à Auschwitz : sur les traces des Orphelins de la Varenne »

Collège François Rabelais à Saint Maur (94)
Madame Joëlle COHEN

Autour de l’ouvrage consacré aux enfants juifs déportés des maisons d’enfants de La Varenne diffusé par « Le Groupe Saint Maurien contre l’Oubli », les élèves sont amenés à entamer une réflexion sur les événements eux-mêmes et le devoir de mémoire, en participant à une recherche historique. Il s’agit d’enseigner l’extermination des Juifs comme un événement historique : les élèves conduisent des recherches dans le livre-support ou ailleurs pour répondre à un questionnaire exhaustif et précis, préparer un dossier à partir de ces questions et l’illustrer. Ce travail, entièrement consacré à la déportation et l’extermination des Juifs, part d’un exemple précis et proche géographiquement des élèves pour traiter de la Shoah dans sa généralité.


2001 : « Auschwitz : témoignages »

Club Histoire du Lycée Buffon à Paris (75)
Elèves de Terminale
Monsieur Claude BASUYAU

Enquêter sur un sujet précis, recueillir, écouter, analyser et retranscrire des témoignages, transmettre et publier, voilà les objectifs du Club Histoire. A la suite d’une rencontre avec des membres de l’Amicale des Déportés d’Auschwitz, il est décidé que la Shoah sera le premier thème traité. Les élèves ont donc rencontré trois survivants d’Auschwitz et se sont livrés à un imposant travail de décryptage de leurs témoignages. Au final, le Club Histoire a réalisé et publié un ouvrage au format livre de poche, avec le soutien du Conseil Régional d’Ile de France. Dans ce livre où les témoignages sont retranscrits sous une forme très proche de l’entretien oral (récit libre ou « questions-réponses ») et des points d’histoire sont expliqués, commentés et illustrés, la Shoah est abordée d’un très grand nombre de points de vue : historique, humain, littéraire…


2000 : « Il était une fois Monsieur le Professeur ... Voyage à travers la Mémoire »

Collège Birké Joseph-Beit Israël de Montmagny (95)
Elèves de 6ème à 3ème
Monsieur Daniel ELLEZAM

Projet qui a démarré à l’initiative d’une classe de 3ème et s’est développé au fur et à mesure de leurs demandes. Si la dimension historique de la Shoah est quasi-inexistante, c’est dans sa dimension humaine que le travail prend tout son sens. Car c’est avant tout d’une série de rencontres dont il s’agit ici. D’abord, il y a la rencontre avec un homme, le Professeur d’Anglais, dont l’histoire que les élèves découvrent accidentellement les bouleversent tellement qu’ils décident d’en savoir davantage. Ils partent donc à la rencontre de l’Histoire, leur histoire collective dont ils ne connaissent presque rien. En chemin, ils croisent une historienne et d’autres hommes, des témoins, des parcours. Ils découvrent des livres et visitent des lieux de mémoire. Petit à petit, les autres enfants du collège se mobilisent et participent avec leurs aînés aux multiples activités qui découlent du projet. Enfin, tous ensembles, ils rencontrent les habitants de leur ville en partageant avec eux, lors d’une exposition, les fruits de leur travail et rendent hommage avec beaucoup d’émotion à leur professeur d’Anglais sans qui ce voyage à travers la mémoire n’aurait pas été entrepris.